Utiliser un téléphone au volant serait pire que d’être ivre

Utiliser un téléphone au volant serait pire que d’être ivre

Parler sur un téléphone portable en conduisant est plus dangereux que d’être ivre au volant, préviennent les chercheurs aujourd’hui.

Le temps de réaction des automobilistes sur leur smartphone a été 30 % plus lent que lorsqu’ils dépassaient la limite d’alcoolémie.

Et leurs réponses ont été 50 % plus lentes que celles des conducteurs sans distraction, selon les scientifiques.

L’utilisation d’un téléphone mains libres est également dangereuse, les conducteurs qui s’en servent étant moins performants que ceux qui étaient ivres.

La recherche fait suite à d’autres études qui montrent que les automobilistes qui refusent d’éteindre leur portable sont quatre fois plus susceptibles de s’écraser que ceux qui se concentrent sur la route.

Le rapport du Laboratoire de recherche sur les transports ajoute également du poids à l’interdiction des téléphones portables au volant (tout comme le faite d’être ivre au volant).

Dans la dernière étude, on a constaté qu’un conducteur voyageant à 110 km/h et utilisant un téléphone portable mettait une demi-seconde de plus que la normale pour réagir à une urgence et freiner. Cela équivaut à 14 mètres de plus.

Au fur et à mesure que le temps de réaction ralentit, le risque de collision et la gravité de cette collision vont augmenter, indique le rapport.

Les conducteurs utilisant un smartphone mains libres ou à main n’ont pas vu beaucoup plus de panneaux de signalisation routière qu’en état d’ébriété.

Un conducteur normal à 110km/h aurait fait 31 mètres avant de freiner contre 35m par un conducteur ivre, 40m sur un téléphone mains libres et 45 mètres sur un smartphone.

Vingt volontaires âgés de 21 à 45 ans ont été testés sur un simulateur sophistiqué pour l’étude.

La recherche a également révélé que quatre conducteurs sur dix ont admis utiliser un smartphone au volant.

Dominic Burch, directeur de la sécurité routière pour l’assureur Direct Line, qui a commandé la recherche, a déclaré :

” En effet, dix millions de conducteurs participent à une activité potentiellement plus dangereuse que l’alcool au volant “.

Plus de 520 personnes ont été tuées dans des accidents impliquant des conducteurs en état d’ébriété en 2000. Il n’existe pas de chiffres comparables pour les accidents causés par les téléphones, mais la Royal Society for the Prevention of Accidents leur a attribué 14 accidents mortels entre 1998 et 2000.

Il s’agit notamment du camionneur Paul Browning, emprisonné en 2001 pour cinq ans après être devenu la première personne à être reconnue coupable d’avoir tué un piéton en écrivant un message.

Le policier Darren Riley a été tué en 2000 lorsqu’il a quitté la route des yeux pour lire un message texte alors qu’il conduisait à 150 km/h.

La même année, Roger Murray, chauffeur de camion, a été condamné à 18 mois de prison pour avoir causé la mort d’un autre automobiliste en utilisant un kit mains libres.

L’utilisation d’un téléphone portable sur la route est une infraction, les conducteurs peuvent être poursuivis pour ne pas avoir le contrôle total de leur véhicule, ce qui entraîne une amende maximale de 375€ et 3 points.

Un porte-parole de la Metropolitan Police a déclaré :

“Conduire en tenant un téléphone portable est extrêmement dangereux et seul un idiot le ferait. Nous ne répéterons jamais assez que quiconque utilise un téléphone portable en conduisant met sa vie et celle des autres en danger mortel.”

Avec l’arrivé du smartphone pliable qui s’utilise à deux mains au lieu d’une, le danger sera encore plus grand. Il faut donc faire attention lorsque vous êtes en voiture et bien évidemment : ne pas boire de l’alcool avant et ne pas se laisser distraire par son smartphone.

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *