15 November 2018

    La mobilité personnelle – la liberté de mouvement – est un droit de l’homme. Et l’essor des villes, couplé à l’émergence de nouvelles technologies, signifie que les gens ont beaucoup de nouvelles options pour des trajets courts comme le dernier kilomètre entre l’arrêt de métro et le domicile.

    Les vélos et scooters électriques – en tant que service – sont l’un des nouveaux modes de transport personnel dont la croissance est la plus rapide. Ces nouvelles technologies exigent également de nouvelles règles de la route. Les villes ont la responsabilité de protéger la sécurité et le bien-être de tous les citoyens qui utilisent leurs rues et trottoirs.

    Chaque fois que quelque chose de “nouveau” apparaît dans nos rues, le statu quo est remis en question. En tant qu’ancien directeur des transports, j’ai présidé et contribué à promouvoir la croissance de la mobilité personnelle – y compris la résurgence du vélo comme moyen de transport populaire dans nos rues. Cela a souvent été accueilli avec scepticisme et dérision par les citoyens et les entreprises qui en étaient venus à considérer la voiture comme le moyen de transport local le plus valable (ou, dans certains cas, le seul). Aujourd’hui, dans de nombreuses villes du pays, la bicyclette est acceptée comme un service public, et certaines villes, comme Washington, D.C., verront une augmentation à deux chiffres de la part des modes de transport pour les vélos et les scooters au cours des prochaines années.

    Lorsque le stationnement en covoiturage a commencé à apparaître dans les rues de la région de D.C. il y a 13 ans, les sceptiques ont réagi : “Comment l’espace public peut-il être utilisé pour des services privés ?” Le fait est que notre espace public a été utilisé par des modes de transport privés depuis le tout début de la ville américaine : les taxis, les jitneys, le cheval et la poussette, les tramways, Uber et Lyft, et – bien sûr – l’automobile privée (qui est de loin le mode de transport américain le plus subventionné).

    L’idée que les petits véhicules électriques, actifs, partagés, actifs et stationnés dans l’espace public est un problème ignore simplement les voitures de plus de 3 tonnes garées partout dans nos villes dans les espaces publics, souvent gratuitement ou fortement subventionnées. Un rapide coup d’œil aux Pays-Bas montre que le nombre de cyclistes dépasse le nombre de personnes utilisant une voiture personnelle. C’est leur normal. Dans notre pays, nous devons faire plus que simplement ajuster notre espace public pour accommoder ces nouveaux modes – nous devons créer de nouvelles infrastructures – physiques, sociales et politiques – pour assurer leur déplacement sécuritaire (p. ex. des limites de vitesse plus basses, des voies cyclables séparées, des supports, des supports, l’éducation du public sur l’utilisation responsable et le stationnement, etc.

    Electrique

    Laisser un commentaire

    Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *